Information sur les Frelons Asiatiques

 Voir tout en bas de cette page.

 


 

Les chenilles processionnaires

 

 

Le cycle de vie des chenilles processionnaires

 

Il suffit de se promener au bord des routes de la commune pour remarquer la présence, dans pratiquement tous les jardins plantés de pins, des nids de chenilles processionnaires.

 Nid

Ces masses blanches constituées de fils de soie très longs et fixés solidement aux extrémités des branches sont construites par les chenilles qui s'y abritent à partir de la fin de l'été.

Les chenilles sortent régulièrement (surtout la nuit) pour se nourrir des aiguilles des branches voisines. Elles se suivent "à la queue leu leu" en formant ainsi des processions qui leur ont donné leur nom.

A l'arrivée des premiers froids, les colonies de chenilles se regroupent dans des nids d'hiver, plus gros, plus épais, et souvent situés plus haut...

NidHiver

Depuis leur éclosion jusqu'à l'abandon de ces nids, à l'arrivée des beaux jours, les chenilles passeront par 5 stades larvaires successifs, de taille coissante (de 0,5 à 4 centimètres)... au dépend des branches du pin...

5stades

Entre février et mai, les chenilles vont effectuer une procession finale: elles vont descendre de l'arbre hôte et chercher une zone du sol plutôt ensoleillée et meuble, afin de s'enfouir, parfois au delà de 20 centimètres de profondeur, pour effectuer leur nymphose.

ProcessionEnfouissement

Chaque chenille tisse un cocon autour d'elle et se transforme en chrysalide (photo ci-dessous), c'est à dire que son activité et son développement sont suspendus jusqu'à ce que les conditions deviennent favorables à la métamorphose sous forme d'un papillon de 25 à 35 millimètres d'envergure.

Chrysalide

 

 

Papillons

Il est important de noter que cette phase d'enfouissement, où l'insecte est en état de vie souterraine très ralentie, peut durer de une à cinq années. Ceci signifie que la lutte contre cet insecte restera toujours difficile et durera longtemps...

Les papillons sortent de leur chrysalide en juillet-Aout, à la nuit tombée. Ils ne vivent que quelques jours, le temps de s'accoupler et, pour les femelles, de pondre sur un pin (100 à 300 œufs). Le rapprochement des deux sexes est facilité par l'émission d'une odeur (phéromone) par la femelle qui attire ainsi les mâles.

Les larves vont éclore de fin juillet à fin septembre et rester groupées pour construire les premiers nids...

 

La Lutte contre les chenilles processionnaires

Pourquoi ?

Les dégats occasionnés aux pins peuvent être très importants, sur le plan esthétique bien sûr mais ils peuvent surtout conduire à la mort de l'arbre (photosynthèse diminuée, arbre affaibli et vulnérable à d'autres xylophages).

pinattaque

Les chenilles ont le corps recouvert de poils urticants qui les protègent de certains prédateurs: oiseaux dans l'arbre, mammifères au moment de la recherche de l'enfouissement. Ces poils urticants sont libérés dans l'air par les chenilles. Ils sont dangereux pour l'homme (démangeaisons, oedèmes, atteinte des yeux). Les animaux les plus vulnérables sont les chiens et les chevaux; ils risquent des nécroses de la langue (photo ci-dessous), des œdème des babines.

 langueChien

Comment ?

Destruction des nids (dès la fin de l'été) :

On peut couper l'extrémité des branches atteintes à l'aide d'un échenilloir (sécateur pourvu d'un long manche). Les nids sont ensuite brulés. Cette méthode devient difficile à appliquer lorsque les arbres deviennent trop grands...

echenillage processionnaire pin

Des trous pratiqués dans les nids d'hiver peuvent permettre à des mésanges d'y pénétrer (elles résistent aux poils urticants). L'installation de mangeoires à proximité des pins peut être favorable... des coups de fusil aussi (?)

mesange

Empoisonnement des chenilles :

Les insecticides classiques ne semblent pas faire de miracles: ils ont le défaut de détruire les ennemis naturels des chenilles (certains insectes, mésanges...).

Le Bacille de thuringe (Bacillus thuringiensis):

Il s'agit d'une bactérie très répandue dans les sols, la surface de certaines feuilles et les cadavres d'insectes. On en extrait des protéines qui, après ingestion par un insecte, perforent son intestin et entraînent ainsi sa mort. Cette action est spécifique des insectes et n'a donc pas d'effet sur les autres animaux. Son efficacité est parfaitement avérée. Par contre, son application doit être renouvelée car la molécule se dégrade assez rapidement (une semaine environ).

Ce traitement biologique présente l'inconvénient de ne pas être systémique: le produit actif n'est pas véhiculé par la sève de l'arbre. Il doit être déposé sur les pins afin que les chenilles s'infectent en mangeant sur l'arbre. Le traitement par pulvérisation, depuis le sol, doit atteindre le haut des arbres, si celui-ci n'est pas trop élevé.

Capture et Destruction des papillons :

La molécule odorante émise par les papillons femelles est identifiée et synthétisée. L'utilisation de pièges (ci-dessous) contenant cette phéromone permet de diminuer notablement le nombre d'accouplements. Les pontes, et donc les nids, seront nettement moins nombreux. Les mâles volent autour de la partie haute du piège d'où émane l'odeur. Ils finissent par s'épuiser et tomber dans la partie basse du piège, qui contient un liquide ou de la glu...

Ce piégeage biologique ne provoque qu'une diminution de 40 à 60% des nids; il n'empèche pas certains mâles, qui ne se laissent pas leurrer, de parvenir à s'accoupler avec une vraie femelle... Il y aura donc encore quelques nids sur l'arbre.

Capture et destruction des chenilles :

Un moment favorable à la destruction des chenilles survient lorsqu'elles quittent leur arbre pour rejoindre le sol afin de s'enfouir. Les processions parcourent, en file, toute la longueur du tronc de l'arbre en direction du sol.

La glu :

Disposée en anneau, tout autour du tronc, elle va obliger les chenilles à traverser ce milieu dans lequel elles vont s'empétrer ou se coller. Il existe des pièges constitués de bandes de plastique, déjà enduites de glu, qui se fixent directement sur le tronc d'arbre.

Bande de glubandeGlue

 

Les "éco-pièges" :

Leur principe est de bloquer les chenilles, toujours lors de leur descente, dans un récipient qui entoure entièrement l'arbre.

Piegedeborde

Les chenilles, ne pouvant pas sortir du récipient, sont guidées vers un tube qui débouche dans un large sac en plastique.

ecopiege-K3D

Le sac contient généralement de la terre, ce qui permet aux chenilles de construire leur cocon et de poursuivre leur cycle de développement. Les cocons, qui contiennent les chrysalides, peuvent être récupérés juste avant l'été. La manipulation et la destruction des cocons restés dans le sac est moins dangereuse que celle des chenilles très urticantes. Les adeptes du bricolage peuvent aussi capturer les chenilles à l'aide de pièges basés sur le même principe... (voir ci-dessous)

 

Cette méthode des éco-pièges peut permettre d'éradiquer les chenilles de son propre jardin, a condition de ne pas posséder trop de pins (chaque piège est relativement onéreux). Cependant, ce résultat doit être relativisé par le fait que les chenilles du voisinage sont susceptibles de devenir  des papillons qui se propageront et s'accoupleront chez vous. De plus, des cocons restés sous terre peuvent devenir papillons jusqu'à cinq an après leur enfouissement...

 

Que faire alors ?

Pour conclure, on peut dire qu'aucune méthode n'est parfaite mais que la plupart d'entre elles sont utiles si l'on veut limiter, chaque année, la prolifération des nids et donc limiter les dégats pour les pins ou les risques pour les habitants du jardin.

Le plus efficace, c'est l'utilisation conjointe des différentes méthodes: échenillage direct, capture des papillons (phéromone), capture des chenilles avant leur enfouissement.

L'efficacité sera plus importante si tous les habitants d'une même zone mènent cette lutte, et ceci chaque année...

 

Les figures de cet article proviennent presque toutes du site:

http://www.futura-sciences.com/magazines/nature/infos/dossiers/d/zoologie-chenille-processionnaire-pin-700/

On peut y trouver des informations supplémentaires sur l'utilisation du Bacillus thuringiensis en particulier.

 

 

 

 

Des pièges contre le frelon asiatique

 

Le mois de mars arrive: c’est le moment de penser à mettre en place de simples pièges, confectionnés à l’aide de bouteilles en plastique, pour lutter contre les femelles (fondatrices des nids) qui sortent de leur hivernage.

 

Une seule femelles est à l'origine de chaque nid avec ses milliers d'ouvrières...

 

Ces pièges sont à installer de début mars à fin avril. Passée cette période, de nombreuses espèces autochtones (frelons européens, guêpes, abeilles….) risquent d’être capturées.

 

 

Example de piège :

 

la bouteille est coupée en deux parties. La partie supérieure est retournée; le goulot ouvert vers le bas permet l'entrée des frelons. Leur sortie est pratiquement impossible.

 

 L'appât est placé au fond de la bouteille. On peut choisir de la bière, du cidre mais éviter les solutions sucrées ou le miel.

 

Un abri placé au dessus évite que la pluie vienne remplir le piège.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Liens utiles

logo cg31 vigoulet-auzil accueil

Plan interactif

METEO

Météo Vigoulet-Auzil © meteocity.com
Web Analytics